Actualités
Nos analyses

Tesla contre le reste du monde

Tesla a publié ses résultats hier soir. La société avait déjà communiqué il y a quelques jours sur le nombre de voitures livrées au premier trimestre 2021: 184 800 vs. 180 600 au T4 2020 et 88 500 au T1 2020.

Le résultat opérationnel est comme chaque trimestre, gonflé par la vente des crédits carbone. Sans ceux-ci et sans la plus-value sur la vente de bitcoins, Tesla est en perte sur le trimestre, de 25 millions de dollars.

La question entourant Tesla reste la même: est-il justifié que ce constructeur soit valorisé en bourse plus du double du secteur automobiles européen qui regroupe les plus grands constructeurs mondiaux (Volkswagen, Daimler, BMW, Stellantis et Renault)?

 

Source: Bloomberg

 

Tesla bénéficie d’une prime de valorisation exceptionnelle. Certains analystes considèrent qu’en tant que pure player du secteur des véhicules électriques, Tesla est une valeur de croissance. Ayant eu longtemps une longueur d’avance sur ses concurrents, certains ont évoqué une prime de leader sur l’idée « the winner takes all ». Pourtant, la réalité est la suivante: 1) Tesla était leader ces dernières années sur le marché des véhicules électriques mais devrait perdre sa place de numéro 1 dès cette année, et 2) Tesla perd des parts de marché depuis un an, depuis que les véhicules des constructeurs européens sont disponibles à la vente.

Ces faits ne semblent pas affecter le statut de la société américaine. Est-ce tenable?

 

Source: Bloomberg


milena
Date
28 avril 2021
Partager

Articles récents

Le déficit commercial français

7 mai 2021

Les derniers mois ne montrent pas d’amélioration. Le déficit de la balance commerciale reste à un niveau  historiquement élevé. Il est de l’ordre de 5mds d’euros par mois (60mds par an) et la facture énergétique n’explique  que 1/3 de ce déficit. Il y a environ 128 000 entreprises françaises qui exportent des biens et des […]

Lire l'article

L’impôt sur les sociétés devrait monter aux Etats-Unis

5 mai 2021

En 2017 Trump a fait un beau cadeau aux entreprises en baissant l’impôt sur les sociétés de 35% à 21%. Les entreprises ne le demandaient pas spécialement mais Trump était persuadé qu’une telle baisse d’impôts inciterait les entreprises à dépenser plus en investissement et en salaires. Il est difficile de conclure aujourd’hui sur l’efficacité d’une […]

Lire l'article

S'inscrire à la Newsletter