Actualités
Nos analyses

L’indice italien n’a pas fait sa révolution

Au plus bas de l’histoire ! Si l’on regarde le ratio cours sur bénéfice (PER), le désamour pour l’indice italien est extrême puisque sa décote par rapport à l’indice Eurostoxx 50 est au plus bas. Nous ne sommes pourtant ni en 2009 pendant la crise financière, ni en 2012 pendant la crise de la dette publique en zone euro mais bien en 2021, année du rebond économique et de la croissance record !

Comme tout phénomène étrange, ce niveau de décote interpelle. Il y a cinq ans l’indice italien présentait la même valorisation que celle de l’Eurostoxx50. Cinq ans plus tard il se traite moins de 12 fois les profits attendus contre 16,5 pour l’indice de référence en Europe, l’Eurostoxx50.

Ce niveau interpelle mais est assez explicable (sans pour autant être justifiable).

 

 

La raison principale est que l’indice italien n’a pas mué. Il n’a pas fait sa révolution darwinienne comme ont réussi à le faire le CAC40 et l’Eurostoxx50. Les valeurs de l’ancienne économie, les banques, les pétrolières, les sociétés de service aux collectivités sont encore prépondérantes dans l’indice or elles représentent précisément le thème actuellement délaissé par les investisseurs.

Ces derniers s’enthousiasment pour la transition énergétique ou la cybersécurité mais ne donnent plus de valeur aux précédents thèmes de croissance. Le pétrole a été un jour un thème de croissance, comme l’a été l’automobile ou l’assurance, mais ça c’était avant.

Est-ce que la valorisation peut devenir un facteur de soutien pour ces valeurs délaissées? C’est une bonne question. Si les profits grimpent, très certainement. Le challenge est donc grand pour ces sociétés matures de retrouver une dynamique de croissance.


admin
Date
17 septembre 2021
Partager

Articles récents

Point de vue : Le choc obligataire est une bonne nouvelle pour les investisseurs

26 octobre 2022

Thomas Fonsegrive, associé chez Marigny Capital, nous explique pourquoi la configuration actuelle est objectivement excellente pour les investisseurs malgré la baisse spectaculaire du marché obligataire qui a été très négative pour les valorisations des portefeuilles. « Si vous venez juste de rejoindre les marchés après un an sur une ile déserte, sachez que l’inflation et son […]

Lire l'article
Bourse : face au risque de krach, 5 risques à surveiller de près au quatrième trimestre

Interview dans Capital de Thomas Fonsegrive

10 octobre 2022

Bourse : face au risque de krach, 5 risques à surveiller de près au quatrième trimestre. Interviewé par Nicolas Gallant, journaliste économie, finance et bourse chez Capital, Thomas Fonsegrive, associé chez Marigny Capital nous donne son point de vue sur les risques de marché et économiques que les investisseurs en actions se doivent de surveiller […]

Lire l'article
Bourse : face au risque de krach, 5 risques à surveiller de près au quatrième trimestre

S'inscrire à la Newsletter