Actualités
Non-classé

Interview dans l’Agefi Hebdo de notre Stratégiste

Interview - Les néo-courtiers sont là pour durer

Interviewé par Frédérique Garrouste, rédactrice en chef adjointe de l’Agefi Hebdo, Tristan Abet, Stratégiste Cross Asset chez Marigny Capital, nous donne son point de vue sur les néo-courtiers, ces nouveaux intermédiaires de l’investissement des particuliers.

« Les ressorts de l’activité des néo-courtiers vous semblent-ils fragiles ?

Les néo-courtiers cassent les prix du courtage. Ils proposent aux investisseurs de faire des « coups », avec des actions, des options et des crypto-actifs. En Europe, les contracts for difference (CFD) ont également fait partie de leur panoplie, les particuliers mesurant mal le risque lié au levier et se faisant piéger à la moindre secousse de marché. Le fonctionnement des crypto-actifs reste obscur pour tout le monde – force est de constater qu’ils connaissent des hausses et des baisses très importantes et inexpliquées. En outre, le risque juridique sur leur existence est réel. Acteur emblématique, Robinhood attire des investisseurs de petite taille, lui confiant 5.000 à 6.000 dollars. L’an dernier, il s’agissait à 50 % de nouveaux clients, attirés par la publicité et l’absence de commission. On observe que sur les deux derniers trimestres de 2021, Robinhood ne connaît plus de croissance pour ses nouveaux clients, se heurtant désormais à la difficulté d’aller chercher des investisseurs de long terme, c’est-à-dire de vrais clients. Ces nouveaux courtiers ne prennent pas de parts de marché aux grands acteurs.

En quoi leurs conditions de prix seraient-elles opaques ?

Les néo-courtiers n’indiquent pas explicitement qu’ils recourent au « payment for order flow », où ils sont rémunérés par les plateformes d’exécution, ce qui conduit à dégrader les prix d’achat
et de vente proposés aux clients au bénéfice du teneur de marché et du courtier. Comme les prix bougent très vite, leur suivi est de toute façon difficile. Alors que dans un processus classique, l’intégralité de l’amélioration de prix obtenue doit être donnée au client, dans le cas des néo-courtiers, l’amélioration proposée aux clients est minime. De même, les prêts de titres ne sont pas connus du client et les revenus qu’ils procurent ne sont pas partagés. »

Lire l’article complet


Camille Bejean
Date
14 mars 2022
Partager

Articles récents

Opportunité en marché secondaire : Objectif Trimestriel Action Stellantis Février 2022 – FR0014007548

28 mars 2022

Notre solution d’investissement Objectif Trimestriel Action Stellantis Février 2022 – FR0014007548 disponible en marché secondaire propose un rendement attractif de 10.00% p.a  en cas de stabilité ou de hausse de l’action et protège le capital jusqu’à -40%. La décote actuelle en marché secondaire renforce encore l’attractivité de la formule pour les investisseurs souhaitant s’exposer au […]

Lire l'article

PIB et performance économique

21 mars 2022

Le PIB est une mesure de la richesse nationale créée par les agents économiques du pays considéré. Le Japon souffre de stagnation économique au sens où le montant de richesse nominale créée en 2021 est à peu près égal à son montant de 1997. Nous montrons les séries de PIB nominal en devise locale sur […]

Lire l'article
PIB et performance économique

S'inscrire à la Newsletter