Palladium : pourquoi ce métal coûte-t-il si cher? sur allnews

17/02/2020 -

La récente flambée de l’once de palladium soulève de nouveaux enjeux, notamment pour le secteur automobile.

INTRODUCTION

En 2019 le cours du palladium évoluant entre 1267 et 1977 dollars l’once a augmenté de 54% se négociant durant la majeure partie de l’année au-dessus du cours de l’or. Le 20 janvier 2020, l’once de palladium a franchi la barre des 2500 dollars.

QU’EST-CE QUE LE PALLADIUM ?

Le palladium est l’un des six métaux du groupe du platine (MGP) regroupant le ruthénium, le rhodium, l’osmium, l’iridium, le platine et le palladium. Ses principales propriétés sont les suivantes:

  • Malléable, ductile (capable de se déformer sans se rompre), et transformable en fines feuilles.
  • Il ne ternit pas dans l’air.
  • Il est fortement résistant à la corrosion dans l’air et à l’action des acides (sauf acide nitrique).
UTILISATION DU PALLADIUM

Plus de 85% du palladium est destiné aux systèmes d’échappement des voitures, contribuant à transformer les émissions toxiques telles que le monoxyde de carbone et l’oxyde d’azote en dioxyde de carbone, eau et azote.

Le palladium est également utilisé en joaillerie. Beaucoup moins dense que le platine, semblable à l’or, il peut être transformé en feuilles de 100 nm. Dans l’industrie électronique, il est utilisé dans les électrodes ainsi que dans les puces et circuits informatiques.

RAISONS DE CETTE FLAMBÉE DU PALLADIUM

DEMANDE

La demande en palladium augmente à mesure que les gouvernements, en particulier la Chine et les pays européens, resserrent les réglementations pour lutter contre la pollution des voitures, obligeant les constructeurs automobiles à augmenter la quantité de palladium utilisée.

La Chine en particulier a vu en 2019 sa demande de palladium augmenter significativement. Selon Reuters, les nouvelles normes du gouvernement chinois nécessiteront au moins 30% de palladium en plus par véhicule. En Europe, le «dieselgate» a également favorisé une utilisation accrue de palladium.

PRODUCTION

Le nombre de pays producteurs de palladium est très limité. Les trois principaux exportateurs de palladium étant la Russie, l’Afrique du Sud, et le Canada. À la suite des difficultés rencontrées par Eskom (compagnie énergétique sud-africaine) lors des inondations de décembre 2019, l’Afrique du Sud a été contrainte de réduire sa production de palladium.

Contrairement à l’industrie pétrolière, les nouveaux projets de développement d’infrastructures et recherche et développement sont rares dans l’industrie du palladium. Sa production, même en tournant à plein régime, peine à répondre à la demande actuelle. Il en résulte une réduction des stocks et une augmentation des prix.

LES IMPACTS DE CETTE FLAMBÉE DU PALLADIUM

Etant le principal domaine d’utilisation du palladium, le secteur automobile est le plus touché par l’augmentation de son cours. Dans un rapport, Max Layton (responsable de la recherche en matières premières de la région EMEA chez Citi) estime que depuis trois ans la part des MGP dans les flux de trésorerie a plus que triplé, pour atteindre 15% en 2019. Selon ce même rapport de Citi, cette hausse de prix aurait couté 18 milliards de dollars à l’industrie automobile l’année dernière.

La hausse du prix du palladium a également entraîné des conséquences inattendues. La police de Londres a averti les propriétaires de voitures du risque de vol de convertisseurs catalytiques tandis que Toyota conseille d’acheter un appareil «Catloc», monté autour du convertisseur pour éviter qu’il ne soit coupé.

A QUOI S’ATTENDRE EN 2020 ET AU-DELÀ ?

A court terme, la production de palladium ne peut pas satisfaire la demande croissante. A plus long terme, si le cours du palladium augmente trop, sur une longue période, les constructeurs automobiles trouveront un substitut au palladium, tel que le platine. Cette substitution serait hautement préjudiciable aux producteurs de palladium. Il est donc déterminant pour des entreprises telles que Norilsk, principal producteur de palladium russe, d’atténuer cette flambée du cours du palladium, à travers la vente de stocks par exemple.

Il faut cependant relativiser la possibilité de remplacer le palladium par du platine:

  • Les catalyseurs palladium-rhodium sont plus efficaces que ceux au platine-rhodium. Il faudrait utiliser plus de platine que le palladium qu’il substituerait pour compenser son efficacité. Le passage du palladium au platine pourrait prendre jusqu’à 18 mois.
  • Le palladium offre une grande stabilité thermique et une bonne longévité, tandis que le platine a tendance à se fritter à haute température et perd donc de son efficacité avec le temps.
  • Les coûts de R&D pour développer de nouveaux catalyseurs pour remplacer le palladium par du platine sont élevés. Les budgets de R&D sont actuellement davantage dédiés à l’électrification des véhicules, et le palladium ne représente qu’une petite partie des coûts des constructeurs automobiles.

A long terme, les constructeurs automobiles tendent à réduire la production de voitures thermiques afin de s’orienter vers la production de voitures électriques n’utilisant pas de palladium. Se pose alors la question de l’utilité du palladium après que la transition vers des voitures électriques soit faite. Mercedes a annoncé qu’en 2025, 50% des voitures qu’elle produira seront électrifiées.

CONCLUSION
  • L’industrie automobile, par le biais de la réglementation qui l’entoure, est la principale cause de la montée des prix du palladium.
  • A court terme, il est probable que le palladium reste sur des niveaux similaires, voire supérieurs à ceux observés en 2019.
  • A plus long terme, si le cours du palladium ne diminue pas, les constructeurs automobiles devront soit trouver un substitut au palladium, soit trouver un moyen d’accélérer la transition vers les voitures électriques. Une diminution du coût de la matière est donc dans l’intérêt des constructeurs automobiles et des producteurs de palladium.

 

Pierre-François Tron
Cross-Asset Structurer chez Marigny Capital

 

 


Article paru sur Allnews : voir l’article